12/28/15

Incendies de fermes

Abominables et minables éleveurs. Pas tous des criminels, mais tous négligents et inconscients des risques et dangers. Jamais ils ne vont réfléchir à la moindre solution pour parer à l’innommable et à l’impensable. Les pompiers font l’impossible, mais ils sont surtout très prompts, très rapides … pour trouver une excuse. Les reporters quant à eux, toujours vont exceller pour rapporter le nombre de ces êtres-animaux brûlés vifs pendant des heures, du montant des pertes matérielles, le montant des assurances, le nombre de camions pompiers, le nombre de pompiers. Depuis combien d’années l’éleveur exploite sa ferme, combien il a d’enfants, combien d’heures de travail par semaine. Des comptables tout simplement, rien que des comptables. C’est tout ce qu’ils font, ils comptent. Jamais mais jamais un mot sur leur indignation devant ces tragédies à répétition, sur les pistes de solution à explorer, les pressions sur les gouvernements sur l’industrie porcine ou autre, l’UPA, sur les martyrs de ces bûchers modernes.